Facebook  Twitter

Les 50 ans des SES au Printemps de l’économie

Les 50 ans des SES ont été célébrées dans un événement haut en couleurs le 22 mars 2017 au Printemps de l’économie, en présence de Madame la Ministre de l’éducation, Najat Vallaud-Belkacem, et d’autres grands témoins.

Une pièce de théâtre en ouverture

Les lycéens de l’atelier théâtre du Lycée Hector Berlioz ont interprété une pièce écrite par Gérard Pouettre, enseignant de SES et fin lettré, "Un banquet pour les SES". Vous pouvez lire le texte de cette pièce ici.

Installés aux côtés du public qui remplit quasi totalement l’amphithéâtre Painlevé du Conservatoire national des Arts et Métiers (400 places), les acteurs s’interpellent et l’interpellent en clamant les notions au coeur des programmes de SES : lien social, avantage comparatif, monnaie scripturale, monnaie fiduciaire, politique budgétaire, politique monétaire, don, contredon, etc. Le public se retrouve immergé dans le bain des sciences sociales, ce qui a rappelé des souvenirs aux nombreux anciens élèves présents.

Puis les acteurs endossent chacun le dossard d’un auteur emblématique des sciences sociales (Smith, Ricardo, Marx, Tocqueville, Weber, Schumpeter, Keynes, Bourdieu, etc.) pour échanger sur leur satisfaction posthume de voir cet enseignement se développer. Le tout est scandé par des intermèdes musicaux de chansons composées par les élèves en détournant des thèmes des programmes officiels. Réjouissant, ébouriffant, revigorant !

De grands témoins

L’événement s’est poursuivi avec le témoignage de quelques grands témoins dont le parcours a croisé l’enseignement des Sciences économiques et sociales.

Pierre Rosanvallon, professeur d’histoire et de science politique au Collège de France, est un soutien de longue date de cet enseignement. Il a replacé ce soutien dans le cadre de son analyse historique de la démocratie, et de la nécessité dans une société démocratique que les citoyens aient accès aux savoirs qui leur permettent de participe pleinement aux choix collectifs.

Jean-François Copé, ancien ministre et député-maire de Meaux, est revenu sur le bac B qu’il a passé en 1981 (un témoignage dont il nous a livré une version écrite ici). Le souvenir d’une séquence autour de la bande dessinée Obelix et compagnie lui fait dire qu’il est alors "tombé dans la marmite" des SES. Il demande également à ce que cet enseignement puisse toucher tous les élèves au lycée.

Philippe Askenazy, économiste, n’a suivi l’enseignement des SES qu’en option en première et terminale scientifique (témoignage écrit ici). Mais cette expérience a été fondatrice pour lui, et lui a donné le goût de questionnements qui l’ont conduit à devenir chercheur en sciences sociales. Il souligne l’intérêt de proposer une option SES en dehors de l’actuelle série ES.

Fabien Truong, sociologue, n’est pas passé par la série ES. Après un bac scientifique, il s’est orienté vers la sociologie et est devenu professeur de SES, puis sociologue à l’université. C’est un paradoxe que beaucoup d’enseignants de SES connaissent : enseigner une discipline qu’ils ont à peine voire pas du tout suivie lors de leur parcours scolaire. Pourtant, ces savoirs sont utiles à chacun, et pas seulement à ceux qui souhaitent en faire leur métier !

La remise des prix du concours lycéen de vidéos

Pour fêter les SES, des élèves ont ensuite été mis en vedette. Un concours de vidéos pédagogiques a été organisé. Plus de 70 classes ont participé, dont les vidéos sont visibles sur la chaîne Youtube dédiée

Des prix, offerts par nos partenaires (Alternatives économiques, les Editions La Découverte et Les Arènes), ont été remis par Louise Hémon (réalisatrice) et Camille Aymard (organisatrice du concours).

Voir ici pour visionner les vidéos lauréates. Devant le succès de cette première édition du Concours lycéen de vidéos, cette expérience sera prolongée les prochaines années !

 

Les vidéos ont pu être visionnées et applaudies par les personnalités présentes, dont Madame la Ministre Najat Vallaud-Belkacem, Gilles Pécout (recteur de l’académie de Paris), Olivier Faron (administrateur général du CNAM), et Marc Montoussé (doyen de l’inspection générale de SES).

Allocution finale de Najat Vallaud-Belkacem

Madame la Ministre de l’Education nationale, Najat Vallaud-Belkacem, nous a fait l’honneur de clôturer l’événement célébrant les 50 ans de l’introduction des Sciences économiques et sociales au lycée. 

Dans son discours (dont vous pouvez lire l’intégralité ici), elle revient sur l’importance de cet enseignement dans le lycée d’aujourd’hui et de demain, pour que les lycéens se saisissent avec les outils des sciences sociales des questions vives et qu’ils participent pleinement à la vie de la cité. Elle est aussi revenue sur l’importance qu’a joué cet enseignement dans son propre parcours, puisqu’elle a obtenu un bac ES en 1995 (un témoignage dont elle nous avait donné la primeur il y a quelques mois).

Un bel événement co-animé par Guillaume Duval (Alternatives économiques) et Rémi Jeannin (Printemps de l’économie) qui montre l’attachement fort pour cet enseignement désormais solidement installé dans le paysage scolaire.

En parallèle, des chercheurs en sciences sociales ont signé un appel publié sur le site du journal Le Monde pour demander à ce que les Sciences économiques et sociales deviennent un enseignement obligatoire en seconde et soient proposées dans d’autres séries du cycle terminal. Souhaitons qu’ils soient entendus !